CABINET GÉNOIS EN ARMOIRE
DIT STIPO "A BAMBOCCI"

Cabinet-stipo-génois-crédenzina -sculpté.cabinet-Renaissance
 
   

 

Rare cabinet en armoire ou stipo « a bambocci » et sa crédenzina

en placage de loupe de noyer et noyer massif très richement sculpté.

 

Provenance : Gênes, Ligurie, Italie.

 

Époque  : Fin du XVIe siècle ou tout début du XVIIe siècle.

 

 

A la fin de la Renaissance, la capitale de la Ligurie, « Gênes la Superbe », telle que surnommée par Pétrarque, est une ville portuaire ouverte sur le monde et cosmopolite (y réside notamment une importante colonie flamande) qui domine la Méditerranée et s'est octroyé le contrôle de l'Orient. En Italie, on parle ainsi du XVIe siècle comme du siècle des Génois.
Durant la seconde moitié du siècle, l'armoire et le cabinet ont supplanté le coffre dans les intérieurs des grandes demeures, et ainsi vers 1560 à Gênes apparaissent les premiers meubles « a bambocci » sous la forme de cabinets aux décors sculptés inspirés par le maniérisme alors en vogue en Italie. Ces meubles, alors désignés sous le terme de cabinet ou d'armoire à monnaie et destinés à renfermer les objets précieux, connurent un grand succès, feront école dans les provinces voisines de Lombardie et de Toscane, seront fabriqués jusqu'au milieu du XVIIe siècle et même copiés durant le XIXe siècle.
Ici, nous avons affaire à un meuble de la première époque de fabrication (on le découvre tant par son montage que par son décor très classique inspiré de l'antiquité et non pas uniquement restreint aux bambocci ou poupons) mais aussi à une pièce de haute qualité : utilisation du noyer pour l'essentiel du meuble, fonçures des tiroirs comprises, et superbe loupe de noyer posée en placage épais, le tout sublimé par un décor sculpté particulièrement riche et savant.

Précisons également qu'il est très rare de trouver un cabinet génois fabriqué vers 1600 avec sa base d'époque, ici une crédenzina qui lui sert de piédestal et sur laquelle il vient s'encastrer pour former avec elle une petite armoire. On le voit par exemple (mais il en est bien d'autres) avec le stipo (photographies en documentation) du Musée de Boston, véritable meuble référent car d'une facture si proche que nous le pensons provenir du même atelier, dont la base est néo-Renaissance.
Bien qu'en effet de faible encombrement, ce meuble superbement original ne compte pas moins de vingt-cinq ouvertures, dont vingt-et-une pour le cabinet à lui seul : trois portes tabernacles, deux d'entre-elles dissimulant chacune trois petits tiroirs, cinq grands tiroirs et deux petits tiroirs de part et d'autres, deux larges tiroirs et un tout petit en cimaise, et enfin deux casiers oblongs à glissants dissimulés derrière des caryatides. La petite crédence ouvre pour sa part par deux vantaux surmontés de deux tiroirs (dont un à blocage secret).
On y compte au total neuf serrures et leurs clés respectives (sept d'origine et deux rapportées).

A noter sur ce meuble, à la fois fortement architecturé et admirable de fantaisies (et pour faire court vu la profusion de détails) : la rare architecture à trois portes-tabernacle en forme (tout comme pour celles de la crédenzina) de voûte romane et richement sculptées de putti, les nombreuses caryatides en haut-relief à figures toutes différenciées, et tantôt masculines, tantôt féminines, qui scandent les arêtes des montants, les bustes d'hommes "à l'antique" quasiment traités en ronde-bosse, les mascarons de poupons, la corniche de soubassement, à décor de larges rosettes et écailles de poisson, supportée par des pieds en forme de lions couchés, le dessus du meuble, en noyer ciré et mouluré en cuvette (très probablement à disposition d'objets de collection).

 

Ce meuble est parvenu jusqu'à nous dans un état d'origine assez exceptionnel, avec pour toutes réfections (hormis de très légers accidents épars et le changement de deux serrures) la base des caryatides de la crédenzina et quelques-uns des petits créneaux de la corniche du stipo. Il a été l'objet d'une restauration et d'une finition rempli-ciré à la fois approfondie et délicate qui lui a rendu tout son éclat.

 

 

 

Meuble référent : Boston - Isabella Stewart Gardner Museum.

 

 

Dimensions.

Hauteur : 191,5 cm - Corps sup. 83 cm - Corps inf. 109 cm.

Largeur : 92 cm au bandeau médian - Corniche 99 cm - Pieds 109 cm.

Profondeur : 44 cm.

 

   
 
 
 
 
 

Grande-monatiere-stipo-a-bambocci-in-noce-e-radica-di-noce-Genova-XVII-seculo

 
  Le meuble ouvert.  
     
 

Cabinet-stipo-stippo-Bambocci-Gênes-XVIe-Italie

 
  Le meuble de 3/4 droit.  
     
 
Stipo-intagliato-bambocci-legno-radica-di-noce-credenzina-Genova-XVI-XVII
 
  Le meuble de 3/4 gauche.  
     
 
carved-walnut-cabinet-Genoa-stipo-bambocci-17th-18th-century
 
  Le stipo ouvert.  
     
 
 
  Le stipo fermé.  
  Signalons à ce stade qu'il serait aisé de configurer ce meuble,
sans nuire du tout à son intégrité, en deux parties distinctes :
un stipo, à poser sur une table ou une grande console
(et pour peu que l'on pose un plateau de bois ou de marbre dans l'encastrement),
une petite crédence ou crédenzina.
 
     
   
 

La crédenzina.

 
     
 
 
  Le meuble ouvert de 3/4 gauche.  
     
   
  Le meuble en vues de côté.  
     
   
  Le meuble de dos.  
     
 
 
     
   
  Détail de la partie centrale du stipo (I).  
     
   
  Détails de la partie centrale du stipo (II).  
     
   
  Détails de la partie centrale du stipo (III).  
     
   
  Détails de la partie centrale du stipo (IV).  
     
   
  Diverses cariatydes du stipo.  
     
   
  Détails de diverses poignées anthropomorphes et de la ronce de noyer.  
     
   
  Les serrures - Les fonçures en noyer à fines queues d'aronde
Les tiroirs en casiers dissimulés et leurs ouvertures à glissants.
 
     
   
  Les caryatides de la crédenzina
et sa base.
 
     
   
  Le dessus du meuble en noyer mouluré en cuvette.  
     
 
 
 

DOCUMENTATION

 
 

 
  Boston Isabella Stewart Gardner Museum..  
     
 

 
  Mise en parallèle des deux cabinets
Cabinet du Musée de Boston - Notre cabinet dans son état de découverte.
Essences de bois, architecture et ornements sculptés stylistiquement similaires.
Il s'agit très probablement d'un travail du même atelier, sinon de la même main.
 
     
 

 
  Mise en parallèle des deux cabinets
Cabinet du Musée de Boston - Notre cabinet restauré, nettoyé puis rempli-ciré.
Nous lui avons rendu ses couleurs d'origine tout en conservant sa patine et nous avons toutes les raisons
de penser que le stipo du Musée de Boston pourrait tout à fait semblablement retrouver son lustre d'antan.
 
     
 

 
  Même similitude entre les portes-tabernacle, y compris leurs serrures.  
     
 

 
  Haut de stipo génois, de taille plus réduite / Documentation Aguttes.